covfre.jpg (4901 bytes)
Mars 1998

Le temps libre est-il juste?
La profession-
nalisation de l'enseignement


Le temps libre
est-il juste?

Retour à notre
page d’accueil

L’emploi de l’ordinateur en classe
par les filles et les garçons

Je scrute les visages attentifs des élèves pendant que l’enseignant leur donne des instructions pour les centres d’activités. Les garçons désignés pour utiliser les ordinateurs lèvent les bras en signe de victoire; les autres garçons se tassent sur leur siège. En l’espace de quelques minutes, les garçons désignés se précipitent vers les ordinateurs. L’un des garçons à qui l’enthousiasme a donné des ailes saute allégrement par-dessus un bureau pour se rendre à son poste. Une fille se dirige tranquillement vers son ordinateur, indécise quant à ce qu’elle doit faire.

de Corina M. Koch

En 1994, une équipe de chercheurs, d’enseignantes et enseignants, et de concepteurs d’ordinateurs et de jeux sur ordinateur de la faculté d’éducation de l’Université Queen’s, menée par Rena Upitis, et le département d’ordinatique de l’Université de Colombie-Britannique, dirigé par Maria Klawe, ont collaboré à la conception de jeux sur ordinateur présentant un contenu mathématique et scientifique.

En tant que chercheuse, ma tâche consistait à observer la façon dont les enfants utilisent les ordinateurs en classe. Je me suis donc intéressée aux types de jeux populaires auprès des enfants et à la façon dont ils utilisaient les ordinateurs. Le projet avait pour but d’utiliser l’information recueillie sur les préférences en matière de logiciels et sur les types d’utilisation des ordinateurs pour créer un didacticiel intéressant.

Dès mon arrivée à l’école en janvier 1995, je me suis installée à côté des ordinateurs afin de pouvoir, en bavardant avec les élèves, découvrir leurs intérêts et observer leur comportement devant les ordinateurs. Il ne m’a pas fallu longtemps pour m’apercevoir que je passais le plus clair de mon temps à parler avec des garçons. Pour savoir ce que les filles pensaient des ordinateurs, j’ai dû aller les trouver à leur bureau.

C’est alors que je me suis rendue compte que les principaux utilisateurs d’ordinateurs en classe étaient des garçons, et ma recherche a pris une tournure différente.

Culture masculine autour des ordinateurs

Diverses études indiquent que filles et garçons utilisent les ordinateurs différemment compte tenu des complexités de la vie en classe. En général, les garçons privilégient l’utilisation des ordinateurs pendant leur temps libre et ont tendance à s’en servir plus souvent et avec davantage d’enthousiasme que les filles.

Les garçons sont attirés par les jeux et se servent des ordinateurs pour se distraire. Agglutinés autour des ordinateurs, qu’ils aient terminé leur travail ou non, qu’ils aient obtenu la permission ou non de les utiliser, les garçons échangent tuyaux et secrets sur les jeux.

Certains tuyaux ont un prix. Les garçons échangent un tuyau médiocre à raison d’un contre un, mais s’il s’agit d’un tuyau convoité, aux dires d’un garçon, les croustilles (chips) servent de monnaie d’échange.

Les garçons feraient pratiquement n’importe quoi pour jouer à des jeux sur ordinateur avec leurs camarades. Dans une classe de 5e année où les élèves n’avaient pas la permission de quitter leur bureau pour regarder par-dessus l’épaule des élèves qui utilisaient les ordinateurs, j’ai observé avec stupeur un garçon faire progresser son bureau, sa chaise et sa personne vers les ordinateurs. Il s’est déplacé subrepticement, centimètre par centimètre, en l’espace d’une demi-heure. Il s’est retrouvé en peu de temps contre la tablette d’ordinateur – bureau, chaise, etc. – sans avoir défié l’ordre de son enseignant de rester assis à son bureau.

Bref, les jeux sur ordinateur et les conversations entourant ces jeux font partie d’une culture que les garçons vivent – à l’ordinateur, à leur bureau, sur le terrain de jeux et souvent aussi à la maison.

Les filles et l'ordinateur

Notre recherche dans les classes de l’Ontario indique que les filles n’aiment pas en général se servir des ordinateurs avant d’avoir terminé leur travail. De plus, elles sont mal à l’aise à l’idée de manquer un cours pendant qu’elles sont à l’ordinateur.

Une fille de 5e année dont c’était le tour d’utiliser l’ordinateur m’a confié : «Je suis tendue.» Quand je lui ai demandé pourquoi, elle m’a répondu qu’elle avait peur de rater un cours de mathématiques.

Un garçon qui avait entendu notre conversation – il restait près des ordinateurs – a vérifié l’horaire d’utilisation des ordinateurs et a assuré à la fille que le cours commencerait après la fin du temps imparti pour les ordinateurs. Elle s’est aussitôt détendue. Les filles se fixent comme priorité de finir leurs travaux avant d’utiliser les ordinateurs.

Elles voient l’ordinateur comme un outil. Il leur faut une raison pour utiliser un ordinateur : traitement de textes, dessin, embellissement de leurs travaux de classe ou création artistique. Elles jouent rarement à des jeux sur ordinateur – mais si cela leur arrive, il faut que le jeu soit attirant, complexe et conçu pour plaire aux filles.

Les jeux éducatifs conçus spécifiquement pour les filles sont malheureusement rares. Pour l’instant, les filles considèrent donc les ordinateurs comme un moyen de parvenir à une fin. Quand elles cessent d’utiliser l’ordinateur, elles abandonnent là leurs acquis en informatique. Elles passent à un univers complètement différent, fait de contraintes scolaires, de conversations et de relations amicales. À leur avis, les ordinateurs n’ont pas leur place à l’école.

Les filles sont-elles perdantes?

Les filles sont-elles perdantes en matière de technologie? C’est à nous, enseignantes et enseignants, de faire en sorte qu’elles ne le soient pas, car les ordinateurs sont des outils de choix qui font partie de notre culture.

Nous devons valoriser la façon dont les filles utilisent les ordinateurs. Elles doivent savoir qu’il est tout à fait normal qu’elles s’en servent autrement que les garçons. Les filles doivent être encouragées à utiliser les ordinateurs d’une façon qui leur paraît sensée.

Les enseignantes et enseignants pour leur part doivent comprendre l’importance du rôle qu’ils jouent dans l’aménagement d’un espace destiné aux filles qui utilisent les ordinateurs en classe. Les garçons ayant tendance à monopoliser les ordinateurs, il n’est pas juste de les laisser s’en servir sur la base du premier arrivé, premier servi pendant le temps libre.

«Les garçons arrivent toujours les premiers», a remarqué une fille de 7e année. Et si rien n’est fait pour les en empêcher, les garçons arriveront probablement toujours à évincer les filles en matière d’ordinateurs.

Il faut que les enseignantes et enseignants donnent aux filles des occasions d’utiliser les ordinateurs. Ils peuvent créer des espaces autour des ordinateurs à l’aide de stratégies simples comme de prévoir des horaires ou des ordinateurs réservés aux filles, la moitié des ordinateurs de la classe «appartenant» en permanence aux filles, qu’ils soient utilisés ou non. Si les enseignantes et enseignants s’engagent à créer ces espaces destinés aux filles, l’enthousiasme des garçons à l’égard des ordinateurs et des jeux n’éliminera pas le besoin pratique qu’ont les filles de se servir des ordinateurs.

Corina M. Koch est chercheuse à l’Université Queen’s et membre de l’équipe des jeux électroniques pour l’enseignement des mathématiques et des sciences. Elle remercie les enseignantes et enseignants, les directrices et directeurs d’école et les élèves des écoles du comté de Frontenac qui ont bien voulu participer à sa recherche. On peut la joindre à kochcori@educ.queensu.ca.