Partagez cette page 

Dans la pratique

Illustration : Katie Carey

Illustration d'un clavier et d'un écran d'ordinateur. Deux mains sont posées sur le clavier.

Pour aider mes collègues, j’ai rassemblé dans un même site web, des liens vers des ressources, des plans de cours, des activités de perfectionnement professionnel, des applications et d’autres choses utiles. Chaque site recommandé est évalué et classé avec soin.

Mon site donne accès à des ressources pédagogiques bien documentées pour les classes de l’élémentaire et du secondaire (p. ex., provenant d’associations pédagogiques), à une collection d’applis gratuites à utiliser en classe et organisées par thème, ainsi qu’à des articles sur l’éducation provenant de toute la francophonie.

Le site permet aussi de collaborer et de participer à des forums thématiques.

Je travaille continuellement à enrichir ce site et j’invite tous les enseignants francophones à m’envoyer des outils intéressants qui n’y figurent pas encore!

Colince Donfack, EAO; enseignant ALF/PANA, école catholique Saint-Rémi

Vous avez une bonne idée pour la classe?
Envoyez-la-nous à revue@oeeo.ca. Nous la publierons peut-être dans un prochain numéro! Jetez un coup d’œil à nos nouvelles archives «Dans la pratique».

Un sac à dos lourd de conséquences

De Stefan Dubowski

Si vous posez la question à des experts, ils vous diront que le sac à dos que portent les élèves ne devrait pas peser plus de 10 à 15 pour cent de leur poids corporel. Cela représente plus que la simple pression verticale exercée par un sac à dos lourd. La dernière étude du Dr Kenneth Hansraj, chirurgien orthopédiste américain, révèle que, selon la posture, les sacs à dos exercent sur la colonne vertébrale une force équivalant jusqu’à 11 fois le poids du sac.

Une telle force peut vraiment faire mal. Au début, on subit des lésions ligamentaires qui réduisent l’amplitude de mouvement latéral et entrainent des raideurs. Au fil du temps, les disques de la colonne vertébrale s’usent aussi.

M. Hansraj offre les conseils suivants pour éviter de se blesser : ne mettre dans le sac que le nécessaire; garder le dos bien droit, à savoir oreilles alignées au-dessus des épaules, épaules tirées vers l’arrière, menton parallèle au sol et ventre ferme (se pencher en avant aggrave la situation); enfiler les deux bretelles du sac afin de répartir équitablement le poids; et porter le sac près du corps pour réduire l’effet de la force. Au moment de prendre le sac, plier les genoux et le soulever avec les deux mains. Enfin, faire de l’exercice : des muscles bien développés dans l’abdomen et les cuisses facilitent la tâche.

Les enseignants et les élèves peuvent aussi faire leur part. Dès la rentrée des classes, envisagez de présenter, à l’échelle de l’école, un programme sur le port adéquat du sac à dos. Dans la mesure du possible, prévoyez quelques minutes supplémentaires entre les classes afin de permettre aux élèves de déposer des livres dans leur casier ou pupitre et de leur éviter ainsi d’avoir à porter un surplus de poids toute la journée. Quand les ressources le permettent, affichez les travaux et les devoirs en ligne. Encouragez les élèves à n’apporter chez eux que les livres dont ils auront besoin le soir même : vous pourrez ainsi aider à prévenir la surcharge chronique du sac à dos.